Dorénavant, une loi japonaise permettra d'emprisonner tout informateur de Fukushima, une dictature, qui nous menace directement

Dès maintenant, ceux qui divulgueront des infos importantes pour notre sécurité et notre santé seront traités comme des espions ! Le site français "Vivre après Fukushima" nous informe, lien que le Japon met en place une loi visant à assimiler la révélation de faits concernant la centrale nucléaire de Fukushima à un délit, identique aux délits concernant tout ce qui a trait au secret militaire et donc ils seront passibles d'emprisonnement, exactement comme n'importe quel terroriste.


Selon Taro Yamamoto, (législateur japonais) La loi « représente un coup d’Etat » conduisant à « la recréation d’un Etat fasciste. » 


Le journal "Asahi Shimbun" alerte, que la loi, pourrait mettre fin aux reportages indépendants sur Fukushima. 


"Le Premier ministre Shinzo Abe a orienté le Japon dans une direction de plus en plus militariste. Les tensions ont augmenté avec la Chine. Les manifestations massives ont été abandonnées avec des discours de «trahison»." 


"Tokyo Electric Power (Tepco) a commencé à ramener au niveau du sol les barres de combustible chaudes suspendues en l’air de l’unité IV fortement endommagée. Les premiers assemblages enlevés pourraient contenir des barres encore inutilisées. Les autres pourraient être extrêmement radioactifs.


Mais Tepco a mis le holà sur la couverture médiatique et s’est plaint des hélicoptères des journalistes qui filmaient le retrait des barres de combustible.


En vertu de la nouvelle loi sur les secrets d’État, le gouvernement pourrait interdire – et arrêter-tous les médias indépendants sous n’importe quel prétexte à Fukushima, jetant un voile d’obscurité sur une catastrophe qui nous menace tous."


Tokyo Electric Power (Tepco) a commencé à ramener au niveau du sol les barres de combustible chaudes suspendues en l’air de l’unité IV fortement endommagée. Les premiers assemblages enlevés pourraient contenir des barres encore inutilisées. Les autres pourraient être extrêmement radioactifs.


Mais Tepco a mis le holà sur la couverture médiatique et s’est plaint des hélicoptères des journalistes qui filmaient le retrait des barres de combustible.


En vertu de la nouvelle loi sur les secrets d’État, le gouvernement pourrait interdire – et arrêter-tous les médias indépendants sous n’importe quel prétexte à Fukushima, jetant un voile d’obscurité sur une catastrophe qui nous menace tous."


Encore en plein dans un désastre qu’il ne peut pas gérer, le gouvernement japonais pousse toujours à rouvrir les 50 réacteurs en arrêt forcé depuis la fusion des réacteurs. Il veut éviter les retombées publiques au sein d’une population terrifiée, et sur les Jeux olympiques de 2020, prévues pour une région de Tokyo maintenant remplie de points chauds radioactifs. Au moins une des  caméras sur site a cessé de fonctionner. Le gouvernement a aussi apparemment interrompu la surveillance des radiations par hélicoptère.


Il y a un an un professeur japonais avait été détenu 20 jours sans procès pour avoir dénoncé l’incinération en plein air des déchets radioactifs.


lien 


La question est maintenant de savoir si de telles lois risquent d'être instaurées dans le reste du monde, voire même chez nous. Malheureusement ce n'est largement plus une fiction ni une simple hypothèse, les articles que Journal Nucléaire vient de réunir ici, sont catégorique et ont effectivement de quoi nous interroger et sérieusement faire peur, ils nous montre, que comment l'industrie nucléaire met la démocratie en dangé également chez nous. Voir ces articles ici



Commentez cette loi sur FB ici