Le GIEC ne considère pas le nucléaire comme une technologie d’avenir pour lutter contre le changement climatique.

Cela mérite d’être souligné : le "résumé pour les décideurs" du dernier rapport du GIEC (Group d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat) ne croit pas au développement du nucléaire pour lutter contre le changement climatique.


Fin 2015, la France accueillera une très importante conférence internationale sur le climat. Pour l’industrie nucléaire, cet événement pourrait constituer une opportunité pour vendre l’atome comme la solution "décarbonée" miracle pour lutter contre le changement climatique. 


Depuis des années, elle mène un important travail de lobbying pour que les textes d’accords internationaux sur le climat accordent une place à cette technologie.


Toutefois, le "résumé pour les décideurs" du dernier rapport du GIEC, paru en avril 2014, risque de doucher ses espoirs. Bien que reconnaissant le nucléaire comme une technologie émettant peu de gaz à effets de serre, ce rapport pointe sa part déclinante dans la production d’électricité au niveau mondial. Surtout, il souligne l’existence de plusieurs "risques et barrières" : risques lors du fonctionnement, lors de l’extraction de l’uranium, risques financiers, problème irrésolu des déchets radioactifs, menaces liées à la prolifération et opposition de l’opinion publique. Plus encore, le rapport fait état de "preuves robustes" ["robust evidence"] et d’un niveau d’accord élevé ["high agreement"] concernant la reconnaissance de ces faits. 


Ce consensus mérite d’être souligné dans la mesure où le GIEC n’est pas un groupe uniforme et fait état des controverses et du degré d’accord entre ses membres.

Télécharger le rapport (le paragraphe sur le nucléaire est en page 23) :

Lire l’analyse du Réseau Action Climat

Pour aller plus loin : "Face à la menace climatique, l’illusion du nucléaire"



Source 

Par ailleurs, sont systématiquement exclut, la prise en compte du bilan carbone dû à l'extraction de l'uranium, de son acheminement et de l'enfouissement des déchets... Le bilan d'un nucléaire en CO2 neutre n'est donc probablement rien d'autre qu'un gigantesque mensonge des lobbyistes, prévue pour nous vendre le nucléaire comme respectueux de l'environnement, un mensonge, solidement encré comme une vérité et dont presque personne ne semble se rendre compte.