Les centrales nucléaires provoquent la leucémie infantile

 

 Ian Fairlie 23rd Août 2014
La controverse a fait rage pendant des décennies sur le lien entre les centrales nucléaires et la leucémie infantile. Mais, comme le tabac et le cancer du poumon, il s’agit de cacher la vérité, écrit Ian Fairlie. En combinant les données de quatre pays montre, avec une signification statistique élevée, que les rejets radioactifs des centrales nucléaires sont à l’origine des cas de leucémie en excès.
 
Je ne peux penser à aucun autre domaine de la toxicologie (par exemple l’amiante, le plomb, le tabagisme) avec tant de nombreuses études, et avec les associations claires que celles entre les centrales nucléaires et les leucémies de l’enfant.

En Mars 2014, monarticle sur l’augmentation des taux de leucémies infantiles à proximité des centrales nucléaires (centrales nucléaires) a été publiée dans leJournal of Environmental Radioactivity (JENR).

Une précédenteposte a discuté de la décision de l’article et son lectorat de haut: ce poste décrit son contenu en termes simples.

Avant de commencer, une certaine expérience est nécessaire de saisir l’importance de ce nouveau rapport. Beaucoup de lecteurs ignorent peut-être que les leucémies infantiles a augmenté près de centrales nucléaires ont été un sujet de controverse depuis plusieurs décennies.

Par exemple, il a été un énorme problème au Royaume-Uni dans les années 1980 et au début des années 1990, entraînant plusieurs émissions de télévision, commissions gouvernementales, les comités de gouvernement, une grande conférence internationale, des rapports gouvernementaux, au moins deux affaires judiciaires mammouth et probablement plus d’une centaine d’articles scientifiques .

Il a été ravitaillé en 1990 par la publication du fameux rapport Gardner (Gardner et al, 1990) qui a constaté une augmentation très importante (7 fois) dans les leucémies des enfants près de la centrale nucléaire de Sellafield en Cumbria infâme.

Plus de 60 études épidémiologiques confirment le lien

La question semble avoir diminué au Royaume-Uni, mais il est encore très controversé dans la plupart des autres pays européens, notamment l’Allemagne.

La question de base est que, dans le monde entier, plus de 60 études épidémiologiques ont examiné l’incidence du cancer chez les enfants près des centrales nucléaires (centrales nucléaires): la plupart (> 70%) indiquent leucémie augmente.

Je ne peux penser à aucun autre domaine de la toxicologie (par exemple l’amiante, le plomb, le tabagisme) avec tant de nombreuses études, et avec les associations claires que celles des centrales nucléaires entre et leucémies de l’enfant.

Pourtant, de nombreux gouvernements nucléaires et l’industrie nucléaire réfutent ces conclusions et continuent à résister à leurs implications. Il est similaire à la situation avec la cigarette dans les années 1960 et au réchauffement climatique d’origine humaine de nos jours.

Au début de 2009, le débat a été partiellement relancé par l’étude KiKK renommée (Kaatsch et al, 2008) commandé par le gouvernement allemand qui a constaté une augmentation de 60% des cancers au total et une augmentation de 120% dans les leucémies chez les enfants de moins de 5 ans ans vivant à moins de 5 km de toutes les centrales nucléaires allemandes.

Ce qui est «statistiquement significative?

À la suite de ces résultats surprenants, les gouvernements de la France, la Suisse et le Royaume-Uni à la hâte mis en place des études près de leur propre centrales nucléaires.Tous trouvé leucémie augmente, mais parce que leurs chiffres étaient petites augmentations n’avaient pas «signification statistique». Autrement dit, vous ne pouvez pas être sûr à 95% les résultats n’étaient pas ceux du hasard.

Cela ne pas dire qu’il n’y a eu aucune augmentation, et même si moins de tests statistiques strictes ont été appliquées, les résultats auraient été «statistiquement significative».

Mais la plupart des gens sont facilement embobiner par les statistiques, y compris les scientifiques qui devraient savoir mieux, et les tests de niveau de 95% strictes ont été avidement saisies par les gouvernements qui souhaitent éviter les conclusions indésirables. En effet, de nombreux tests de nos jours dans ce domaine utilisent un niveau de 90%.

Dans de telles situations, ce que vous devez faire est de combiner des ensembles de données dans une méta-étude pour obtenir un plus grand nombre et ainsi atteindre des niveaux de signification statistique.

Les gouvernements devraient pas le faire – si nous avions

Les quatre gouvernements se sont abstenus de le faire parce qu’ils savaient ce que la réponse serait, à savoir, augmentation statistiquement significative de près de presque toutes les centrales nucléaires de ces quatre pays.

Donc Korblein et Fairlie les ont aidés par le faire pour eux (Korblein et Fairlie, 2012), et bien sûr il y avait des augmentations statistiquement significatives près toutes les centrales nucléaires. Voici leurs conclusions:

Tableau: études de observée (O) et attendus cas (E) de la leucémie moins de 5 km des centrales nucléaires.

  O E SIR = O / E IC à 90% p-valeur
Allemagne 34 24.1 1,41 1,04 à 1,88 0,0328
Grande-Bretagne 20 15,4 1,30 0,86 à 1,89 0,1464
Suisse 11 7.9 une 1,40 0,78 à 2,31 0,1711
France b 14 10.2 1,37 0,83 à 2,15 0,1506
Données regroupées 79 57,5 1,37 1,13 à 1,66 0,0042

[A] dérivée à partir des données Spycher et al. (2011).
[b] des cas de leucémie aiguë

Ce tableau révèle une augmentation statistiquement significative de 37% des leucémies chez les enfants moins de 5 km de presque toutes les centrales nucléaires au Royaume-Uni, Allemagne, France et Suisse.

C’est peut-être pas surprenant que les trois derniers pays ont annoncé l’élimination progressive et retraits nucléaires. Il est seulement le gouvernement du Royaume-Uni qui reste dans le déni.

Donc, la question est maintenant hors de question, c’est à dire il ya une association très nette entre l’augmentation des leucémies de l’enfant et la proximité de centrales nucléaires. La question qui reste est la cause (s).

Risque observé 10 000 fois supérieure à celle qu’il est censé être

La plupart des gens se soucier des émissions radioactives et le rayonnement direct de centrales nucléaires, mais toute théorie impliquant rayonnement a une difficulté majeure à surmonter, et c’est ainsi que pour tenir compte de l’écart important (~ 10 000 fois) entre les estimations officielles de la dose des émissions de centrales nucléaires et le bien risques accrus -observed.

Mon explication ne impliquent rayonnement. Il découle de la principale conclusion de KiKK que l’augmentation des cas de nourrissons et d’enfants ont été leucémies étroitement associés à la proximité des cheminées de centrales nucléaires .

Il découle également de l’observation de KiKK que les cancers solides augmentation étaient pour la plupart « embryonnaire » , les bébés à-dire sont nés, soit avec les cancers solides ou avec des tissus précancéreux qui, après la naissance, développé dans les tumeurs à part entière: ce qui se passe réellement à la leucémie ainsi .

Mon explication comporte cinq éléments principaux:

  • Tout d’abord, les cancers augmente peuvent être dus à l’exposition aux rayonnements provenant des émissions des centrales nucléaires à l’air.
  • Deuxièmement, de grands pics annuels des émissions de centrales nucléaires peuvent entraîner des taux d’augmentation de la dose pour les populations à 5 km des centrales nucléaires.
  • Troisièmement, les cancers observés peuvent survenir in utero chez les femmes enceintes.
  • Quatrièmement, les deux doses et leurs risques pour les embryons et les fœtus peuvent être à plus que l’estimation actuelle.
  • Et cinquièmement, les cellules hématopoïétiques prénatales dans la moelle osseuse peuvent être exceptionnellement radiosensibles.

Ensemble, ces cinq facteurs offrent une explication possible de l’écart entre les doses estimées de rayonnement à partir de versions de centrales nucléaires et les risques observés par l’étude KIKK. Ces facteurs sont discutés en détail dans l’article complet.

Pas d’erreurs ou d’omissions ont été signalés

Mon article montre en effet que l’écart actuel peut être expliqué. Les augmentations de leucémie observés par KiKK et par de nombreuses autres études peuvent survenir in utero en raison de l’exposition du fœtus / embryonnaires à radionucléides incorporés dans les émissions radioactives des centrales nucléaires.

Très grands pics d’émission des centrales nucléaires pourraient produire un clone pré-leucémique, et après la naissance d’un deuxième succès de rayonnement peuvent transformer quelques-uns de ces clones dans des cellules à part entière leucémie.

Les bébés naissent atteints de pré-leucémique (qui est invisible) et les leucémies complets seulement sont diagnostiqués au cours des premières années après la naissance.

À ce jour, pas de lettres à l’éditeur ont été reçus signaler les erreurs ou omissions dans le présent article.

 


 

Dr Ian Fairlie est un consultant indépendant sur ​​la radioactivité dans l’environnement.

Cet article a été initialement publié sur le blog de ​​Ian Fairlie .

Références

  • Bithell JF, MFG Murphy, CA Stiller, E Toumpakari, T-Vincent-et R Wakeford. (2013) de leucémie chez les jeunes enfants dans le voisinage des centrales nucléaires britanniques: une étude cas-contrôle. Br J Cancer, avancer la publication en ligne, le 12 Septembre 2013; doi: 10.1038 / bjc.2013.560.
  • Bouquet KJ, TJ Vincent1 RJ noir, MS Pearce, RJQ McNally, PA McKinney, L Parker, AW Artisanat et MFG Murphy (2014) enquêtes d’excès de cancer chez les individus nés ou résidant à jour dans les environs de Sellafield et de Dounreay. British Journal of Cancer (2014), 1-10 | doi: 10.1038 / bjc.2014.357
  • Fairlie I (2013) une hypothèse pour expliquer les cancers infantiles à proximité des centrales nucléaires. Journal de radioactivité dans l’environnement 133 (2014) 10e17.
  • Gardner MJ, Snee MP; Salle AJ; Powell CA; Downes S; Terrell JD (1990) Résultats de l’étude cas-témoins de la leucémie et le lymphome chez les jeunes près de la centrale nucléaire de Sellafield en West Cumbria. BMJ. 1990; 300: 423-429.
  • Kaatsch P, Spix C, Schulze-Rath R, S Schmiedel, Blettner M. (2008) de leucémie chez les jeunes enfants vivant à proximité des centrales nucléaires allemandes. Int J Cancer;122: 721-726.
  • Korblein A et Fairlie I (2012) étude française Geocap confirme la majoration du risque de leucémie chez les jeunes enfants près de centrales nucléaires. Int J Cancer 131: 2970-2971.
  • Spycher BD, Feller M, Zwahlen M, Röösli M, von der Weid NX, Hengartner H, Egger M, Kuehni CE. « cancer de l’enfance et de centrales nucléaires en Suisse: Une étude de cohorte de recensement sur ​​la base ‘ . International Journal of Epidemiology (2011) doi: 10.1093 / IJE / DYR115.

Source: Un article du Blogdejeudi parue le 24/08/2014 Depuis la nouvelle reste dans lombre des médias.   http://leblogdejeudi.fr/centrales-nucleaires-leucemies-infantiles-preuve/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=centrales-nucleaires-leucemies-infantiles-preuve