DU POISSON AU CÉSIUM DE FUKUSHIMA EN VENTE EN SUISSE

Capture d'écrant de l'article parut le 23 oct 2013 dans le 20min suisse allemand.
Capture d'écrant de l'article parut le 23 oct 2013 dans le 20min suisse allemand.

ALERTE ROUGE ! Très inquiétant ! Le 23 octobre dernier, un journal Suisse, annonçait l'impensable : du poisson contaminé au césium 137 de Fukushima aurait été retrouvé en vente sur les étalages des grands magasins suisses avec ce titre alarmant "In Schweizer Läden gibts Fukushima-Fisch" "Du poisson de Fukushima en magasin Suisse" lien

Astuce: Pour accédez au source de certaines images,  cliquez dessus.
Astuce: Pour accédez au source de certaines images, cliquez dessus.

L'impensable se serait-il passé ? Du poisson contaminé par Fukushima serait-il déjà en vente dans les magasins suisses ? C'est ce que présuppose très nettement, l'article paru dans letrèspopulairejournal le "20min" le 23 oct 2013  (on s'étonne déjà que le journal n'apasjugé utile de traduire cette article allemand en français puisque le journal est bilingue et qu'il est édité dans les deuxlangues) mais on s'étonne encore plus que, depuis cette date, le silencedesmédia est absolument total !


Une expertise de radioactivité a décelé deux thons contaminés au césium 137 dans les magasins suisses. Il s'agit d'un test effectué par radio 105.

   

La radio a acheté dans un supermarché, une part de chaque produit de thon et les a confiées, au laboratoire de l'État de Bâle. Les résultats montrent, que sur les échantillons achetés, deux échantillons mesurés par spectrométrie gamma, ont montré la présence très nette de césium 134 et césium 137... Ces isotopes ne se produisent pas dans la nature, ils sont liés à la fission nucléaire. lien 

 

Les isotopes de ces analyses sont donc comme une signature, ce qui permet de dire que ces poissons ont été, plus que très probablement en contact direct avec l'eau ultra radioactive de la centrale. 

 

Voilà pourquoi selon Markus Zehringer, chef du laboratoire cantonal de Bâle, il y a fort à parier que cette contamination est liée directement à la catastrophe nucléaire de Fukushima. "Comme les poissons sont capables de parcourir de très longues distances", explique-t-il, "il est très probable qu'ils aient probablement été contaminés au large de Fukushima, où ils auraient ingurgité pendant des mois, ces isotopes radioactifs, avant de migrer aux Philippines". 

 

Pour l'instant il se veut rassurant en disant qu' "Avec 0,4 becquerels par kilogramme de césium 137, les valeurs sont encore très en deçà de la limite de 1.250 becquerels par kilogramme," a-t-il déclaré," il n'y a donc pas de danger pour la santé pour le moment. D'autres tests périodiques seront faits par le laboratoire du canton de Bâle" a-t-il assuré"

 

Ce que l'article ne dit pas ici, c'est que si on a trouvé cela sur 5 échantillons, analysés au hasard, nul ne nous dit qu'il n'y a pas des poissons beaucoup plus atteints en vente dans nos étalages, des poissons qui eux n'ont pas eux la chance d'être analysés ! 

 

De plus on sait que depuis l'accident de Fukushima, chaque jour, la centrale, rend les océans du monde entier de plus en plus radioactifs lien et que la contamination durera au minimum 40 ans lien si tout va bien et si on arrive à démanteler la centrale. D'ici là les mers du monde entier auront largement eu le temps d'être hautement contaminées ! 

 

J'ai appris aussi qu'il ne suffit pas de passer les poissons au compteur Geiger pour savoir si ils sont contaminés, lien,  mais que cela demande des analyses très complexes et très coûteuses. lien  J'ai donc peur, qu'il devienne alors impossible de contrôler tous les poissons mis en vente... que nos supermarchés ne soient pas équipés pour contrôler les poissons qui sont en vente, et n'aient les moyens pour pouvoir le faire sérieusement. Et donc j'imagine que dans peu de temps, des scandales éclateront au grand jour un peu partout pour dénoncer, cette fois-ci la vente de poisson radioactif, mais d'ici là la population aura déjà été largement contaminée, et nous nous tomberons tous malades. J'ai peur aussi que les média soient dans l'interdiction d'en parler car s'ils en parlaient et que du jour au lendemain les gens cessaient de manger du poisson, le système économique mondial s'effondrerait complètement. J'ai peur qu'on nous cache ces choses pour ces raisons aussi, et pour moi se pose alors la véritable question : quel risque y a-t-il de se faire complètement contaminer par les poissons. Je sais que ma question est douloureuse, mais franchement je me dois de vous la partager. 

 

Voici l'article 20min qui annonce cela: lien


Par Oliver Starc, article du 6 nov 2013 dans AgoraVox lien  mon article traduit par Mondialisation en anglais lien 


Pour commenté l'article sur FB lien